Voilà plus de huit ans que Cooper Garisson a perdu sa femme Laura, et depuis, il n’arrive toujours pas à faire son deuil. Avec Cécilia, sa fille qui n’a pour ainsi dire jamais connu sa mère, le fossé ne cesse de se creuser. Son seul réconfort, il le trouve dans son boulot d’architecte.
Si Cooper est le genre d’homme à fuir les soirées de galas et les grands discours, c’est pourtant bien lors d’une remise de prix qu’il va faire une rencontre inespérée.
Un regard, un sourire, une conversation à laquelle Cooper se prend au jeu ; il réalise que pour la première fois le poids de son chagrin s’est envolé. Mais le chemin pour reprendre sa vie en main est semé de beaucoup d’incertitudes…

Nouvel essai pour moi avec Emily Blaine et une nouvelle tentative qui s’avère plutôt réussie. Ca s’annonce plutôt bien, avec à chaque début de chapitre le titre d’une chanson. Un bon point, l’auteure a plutôt bon goût…

Assez surprise, car contrairement à ce que l’on pourrait penser, la thématique du deuil n’est pas un prétexte, une simple idée du départ pour donner du corps à ce roman, pour ensuite faire place à la romance. Le deuil est bel et bien présent tout au long du roman, sans toutefois tomber dans le pathos, et la romance vient ici contrecarrer ce thème douloureux en apportant légèreté et fraîcheur.

Le ressenti pourra être perçu différemment selon l’âge et le vécu de la lectrice, car au travers des divers personnages, on peut aisément se retrouver dans l’un d’eux (ou d'un proche).
De même que l’auteure ne se contente pas de raconter une simple histoire de romance, elle fait subtilement passer un message (volontaire ou pas), qui pourrait s’interpréter au final plus comme à un feel-good qu’à une romance au terme général du genre.
Une justesse et une sensibilité dans la manière de décrire cet état de vide et la difficulté de tourner la page.

Je regrette juste un démarrage un chouia trop long et que le personnage de Julianne ne soit pas plus fouillé.

Si tu me le demandais, je dirais que ce roman est bien équilibré avec une bonne dose d’émotion, d’humour, un style plus mature, beaucoup moins girly que l’on pourrait s’y attendre. Une bonne surprise.

Si tu me le demandais” - Emily Blaine - Ed. Harlequin - 2017