Imaginez une journée sans mauvaises nouvelles…

C’est pourtant ce qui va se passer aux Etats-Unis.

Tout commence un 9 juillet à minuit. Comme tous les soirs, la Police est prête à intervenir sur toutes sortes d’appels, or depuis quelques minutes rien ne se passe. Le téléphone reste silencieux. Pas de crime, pas d’agression, pas d’incendie, pas même un appel pour de la tôle froissée. Pas de naissance ni décès. Le personnel hospitalier attend même les patients dans une salle d’attente vide.

Très vite, les quelques journalistes branchés sur la fréquence de la Police s’interrogent. Les médias survoltés, s’emparent de l’affaire. Plus la journée passe, plus la situation perdure. Tout le monde n’a que deux mots à la bouche : La Trêve. Jusqu’à quand va-t-elle durer et pourquoi ?

La Trêve est une succession d’histoires, comme un recueil de nouvelles, de personnes lambda qui auraient dû voir leur vie basculer dans la tragédie : femme battue, braquage au distributeur de billets, attentat, accident domestique, couples qui se séparent, acte homophobe ou encore antisémite,… Mais rien ne se passe comme prévu.

Toutes ces bonnes nouvelles mais loin de faire dans le mielleux, ont un petit quelque chose de philosophique.

Je reste toutefois mitigée sur cette lecture. Parce qu’il m’a fallu attendre un bon moment pour me rendre compte que ce que je pensais être la présentation des personnages était en fait une succession d’histoires indépendantes des unes des autres (même si on retrouve certains personnages au fil de la lecture dont certains vont même se rencontrer) ; parce que mine de rien avec toutes ces bonnes nouvelles, on aimerait bien en savoir plus sur ce phénomène, qu’il se passe quelque chose. Et surtout, même en ayant un aperçu avec la quatrième de couverture, je ne m’attendais pas à ce que le thème soit abordé de cette manière.

L’idée est surprenante, originale, dans le sens où ce n’est pas un sujet que l’on rencontre fréquemment ; mais la forme reste très classique, assez simple. J’aurais aimé un petit truc en plus.
Avec chaque chapitre découpé par tranches horaires, on est presque impatient de terminer cette journée pour savoir comment elle va prendre fin. Prise de conscience, retour à la vie normale comme si rien ne s’était passé, ou passage à l’acte retardée ?
Même si je n’ai pas vu venir la fin de cette Trêve, je n’ai toutefois pas été surprise. 


Merci aux éditions Belfond

“La Trêve” de Saïdeh Pakravan - Editions Belfond - 2016