En lice pour accéder à la plus haute fonction du pays, Mickaël Perry est accusé du viol de deux adolescents. Pour le défendre, l’accusé annonce devant les caméras vouloir être défendu par Steve Halligan, un ami d’enfance, aussi connu pour être l’avocat des pourris.

Pour Bill Wendall, voir ces deux visages devant son écran de télé, c’est la goutte d’eau de trop, trop de vieux souvenirs passés sous silence. Il est temps de crever l’abcès…

Des chapitres courts pour ce roman à la fois noir et psychologique, avec une première partie où l’auteur pose les jalons, met en place la psychologie de ses personnages. Puis, la deuxième où tout s’accélère.
Certes, dès le départ, on comprend ce qui se trame, on sait qui a fait quoi, on imagine la vengeance, la jalousie mais, la force de l’auteur pour nous tenir en haleine tout au long de ce scénario relativement classique (attention, cela n’a rien de péjoratif), est qu’il y a toujours quelque chose de sous-jacent dans son écriture et un cliff-hanger vient clôturer chaque fin de chapitre. L’auteur va également droit au but sans toutefois négliger les détails, dans une ambiance proche du huis-clos.

Si le ton est assez vite donné, on est loin d’imaginer une telle escalade d’horreurs, que rien n’excuse. Mais au fil des révélations, on ne peut ressentir que de l’empathie, de la compassion.

Mais au-delà des blessures, des traumatismes de l’enfance qui marquent une vie, ce roman aborde une multitude de sujets de société : harcèlement, sévices en tout genre, différences sociales, pouvoir, argent.

Un roman noir, très dur, à la fois bouleversant et révoltant, qui ne laisse pas indifférent. Une fiction qui pourrait malheureusement faire la Une de l’actualité.

C’est l’un des rares livres où j’ai ressenti autant de malaise que j’ai dû faire des coupures. Mais Bill ne vous quitte pas, il vous reste dans un coin de la tête, il vous interpelle presque que vous êtes obligé de reprendre votre lecture.

Bill : Dangereuse Innocence” de Chris Loseus - Auto-édition - 2017