Que l’on soit mère ou pas, impossible de rester insensible face à ce page-turner machiavélique et angoissant….

Sur le point de demander le divorce, Julia Crowne est une avocate débordée. Entre son boulot et sa vie de famille, elle tente de concilier les deux. Aujourd’hui, c’est son tour d’aller chercher Anna, sa jeune fille de 5 ans à la sortie de l’école, mais le rendez-vous avec sa cliente traîne en longueur. L’heure tourne et Julia se rend compte, qu’une fois de plus, elle va arriver en retard. Impossible de prévenir l’école, son portable est déchargé. Lorsqu’elle arrive enfin, elle apprend qu’Anna n’est plus là. Sa petite fille a tout simplement disparu. Personne n’a rien vu. Aucune piste, aucune demande de rançon.
Une semaine plus tard, Anna réapparaît, sans aucun souvenir.
Alors que Julia pensait que le pire était derrière elle, c’est une véritable descente aux enfers qui attend la jeune mère…

Vous en dire plus serait spoiler ce roman psychologique. Si ce n’est que l’angoisse ne va pas vous lâcher, que vous allez vous retrouver face à la folie à l’état brut, que la manipulation est sous-jacente, que les vérités et les préjugés vont surgir d’une manière brutale, alors que la presse et les réseaux sociaux vont s’en donner à cœur joie.

Pourquoi et qui s’acharne avec une telle haine ?

Tout au long de cette lecture qui s’avère palpitante règne une atmosphère qui oppresse. On dévore ce roman et en même temps, on redoute de ce qui ça va arriver.
C’est haletant que ça peut même vous prendre aux tripes. Et dire que l’auteur prend un malin plaisir à jouer avec vos nerfs est un euphémisme.

Vous l’avez compris, j’ai été conquise par cette lecture au point de frôler le coup de cœur. Mais, il y a un mais… il me manquait quelques pages pour que la fin soit dans la continuité du roman. L’épilogue est (à mon goût) un peu trop vite expédié, peut-être même un peu trop facile.

Ca n’empêche, Après Anna reste un très bon page-turner, machiavélique, à découvrir rapidement.

Après Anna” d’Alex Lake - Pygmalion - 2017