En cas de panne, n’abandonnez jamais votre voiture

 

John Shaw, jeune diplômé paysagiste se rend à un entretien d’embauche à Adelaïde. Pas pressé par le temps, il décide de prendre la route la plus longue, histoire de profiter de la végétation du désert.

En route, il croise à plusieurs reprises Katie Alton, une jeune photographe-reporter habituée à sillonner le désert australien, seule dans son gros 4x4.

John va tenter le destin pour revoir Katie. Malgré les mises en garde alarmistes à l’entrée de la piste d’Obiri, -une piste à la traversée périlleuse, longue de 600 km sous une chaleur comparable à une fournaise, sans âme qui vive à la ronde, poussière, cailloux, sables mouvants, pas de points d’eau potable ni essence- pour John, ça ne peut pas être pire que ce qu’il a déjà parcouru au volant de sa petite Honda Civic.
A peine une cinquantaine de kilomètres plus loin, c’est une Katie effrayée surgit de nulle part, qui se jette sur sa voiture.
Dans ce milieu lunaire, un terrifiant fou furieux armé d’une hache a tenté de la tuer.
Débute alors une chasse à l’homme complètement diabolique…

Quelques pages suffisent pour que l’on soit pris dans ce road-trip effréné, qui n’est pas sans rappeler “Duel” (de S. Spielberg en 1971).
Ca file “à toute berzingue”, à une cadence haletante ; et un style qui nous immerge immédiatement dans l’outback australien et renforce la sensation de vide que l’on ressent tout au long de sa lecture.

A toute berzingue” est un page-turner qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.

A découvrir absolument...

Petit conseil : si vous ne voulez pas de spoil, zappez la préface.

A toute berzingue” de Kenneth Cook - Editions Autrement - 2016