Créer mon blog M'identifier

“Pas trop belle, s'il vous plaît” de Elle Casey

Le 20 mai 2017, 14:07 dans Livres 0

[Histoire inspirée de faits réels]

Trois ans que Nicole n’est pas sortie de chez elle. Personne ne la connaît, personne dans le quartier ne se doute de son existence. Elle sait que sa place est au fond du jardin, c’est là que la jeune femme de 22 ans veut être. D’ailleurs, un trou l’attend déjà.
Seule l’horloge du salon lui tient compagnie toute la journée, lui rappelant à chaque tic-tac que le moment où le Monstre va rentrer se rapproche. Le Monstre, c’est John, le compagnon de Nicole.
A force de coups répétés jour après jour, et ce, depuis des années, Nicole est complètement défigurée. Son corps n’est que fractures et son visage n’a plus rien d’humain.
Jusqu’au jour où une balle de base-ball va entrer dans sa vie…

Un roman dur, aux chapitres courts et concis. Nul besoin de rentrer dans des détails superflus pour se rendre compte de l’horreur qu’a vécue Nicole.
On est pris à la gorge, on est révulsés, révoltés, mal à l’aise, c’en est parfois insoutenable et puis, il y a Brian et Liam son fils de 6 ans qui apportent un peu de souffle, de douceur, qui arrivent même à nous faire sourire mais surtout, apportent à Nicole ce qu’elle n’a jamais connu.
Je vous rassure, sur les 70 premières pages, l’horreur s’alterne avec de la légèreté avec la parfaite mécanique que forment le père et son jeune fils. Ensuite, vient la réadaptation à une vie normale, où Nicole va devoir apprendre à faire confiance, à faire face à son propre destin et découvrir un pan de  son passé qu’elle pensait révolu.

C’est écrit avec beaucoup de justesse. Elle Casey retranscrit parfaitement les différents états d’esprit de chaque protagoniste, et a trouvé le juste équilibre dans sa façon de présenter l’histoire.
Malgré toute cette noirceur, c’est beaucoup d’humanité et d’amour qui se dégagent de ce roman.

Vraiment un très beau roman, qui allie drame, fait de société, psychologique, manipulation, suspense, amour.
Un livre que je conseille vraiment de découvrir. De l’altruisme comme on aimerait en rencontrer plus souvent.


Pas trop belle, s’il vous plaît” de Elle Casey - Auto-édition - 2017

“Versus” de Luca Tahtieazym

Le 17 mai 2017, 17:56 dans Livres 0

On est dans les années 80. Achille représentant commercial, se dit féministe et n’allez surtout pas lui dire qu’il est un monstre. C’est un artiste avec un grand A, c’est d’ailleurs comme cela que la presse l’a surnommé. Depuis qu’il a commencé son “art” , personne ne sait qui il est. Et pourtant, tout le monde ne parle que de lui. Ou plutôt de ses “œuvres”, qui font la Une des journaux. Et ce, parce qu’Achille se sert de corps de femmes comme supports ; il les égorge puis dessine sur ses toiles humaines un monument, un lieu emblématique de la ville d’où il exprime son art.

 

Tout bascule quand la presse lui attribue un meurtre qu’il n’a pas commis. Au fil des jours, Achille se rend compte que ce n’est pas une coïncidence, son copieur le connaît. “L’Artiste” va alors mener sa propre enquête pour savoir qui se fait passer pour lui…

“Vous aurez deux manières de vous comporter. Soit vous me suivrez dans mes raisonnements et vous confirmez que je suis un homme méritant, soit vous vous montrerez obtus et vous choisirez la facilité.”

Achille se livre à vous. Vous serez son confident, vous serez au cœur de ses pensées les plus intimes. Là ce n’est pas la seule originalité de ce roman. Et si en plus vous êtes féru(e) d’Histoire, alors dès les premières pages, Achille et sa relation particulière avec Patrocle vont vous interpeller.
Comment lire ce roman ? Comme un simple thriller ou laisser votre imagination s’influencer de vos connaissances historiques pour supposer d’une éventuelle fin ? J’avoue que cette dernière hypothèse m’a beaucoup séduite et apporte un intérêt supplémentaire, même si le pitch original est déjà très attirant.

Pour mon premier Tahtieazym (et certainement pas le dernier), j’ai été agréablement surprise. Par son audace de jouer ainsi sur les deux tableaux, de mêler thriller (contemporain) avec une (très légère) touche de mythologie. Fallait quand même le faire… et Luca Tahtieazym l’a fait d’une manière intelligente, très subtile. Sans oublier que l’histoire en elle-même se passe dans les années 80, et là encore, l’auteur n’oublie pas de nous remettre dans le bain à coups de détails datant de l’époque. Autre point fort de ce roman, le vocabulaire. On le trouve ici et là, recherché sans être pointu.  

Tout comme Achille, j’ai fini par trouver le copieur. Et si les coups de théâtre font bel et bien partie des tragédies grecques, avec Versus, vous n’y échapperez pas….


Versus” de Luca Tahtieazym - Auto-édition - 2017

“113 Minutes” de James Patterson/Max DiLallo

Le 15 mai 2017, 12:50 dans Livres 0

“Je sais qui a tué mon fils.”

Après avoir perdu Alex son fils de 15 ans, Molly et ses frères Stevie et Hank, sont maintenant sur le point de perdre la ferme familiale, là où les Rourke ont toujours vécu depuis des décennies.
Avec l’aide de sa famille et de deux amis ex-Marines, Molly va élaborer un plan particulièrement machiavélique pour sauver le domaine et rendre justice à son fils…

Le pitch est court car ce nouvel opus de James Patterson s’inscrit dans la (nouvelle) collection The BookShot, édition où l’auteur de la série Alex Cross sort désormais un court roman tous les mois. Au vu du rythme des parutions, les mauvaises langues pourraient dire que la quantité pâti sur la qualité, et bien non, ce n’est pas le cas pour ces 113 Minutes. C’est du bon. Je dirais même que ce petit dernier me fait penser aux premiers romans de l’auteur.
L’histoire évolue autour de la réalisation du plan plus qu’ingénieux de Molly, prête à tout pour venger son fils, face à la ténacité d’un agent du FBI habitué aux cas les plus difficiles, bien déterminé à aller au bout de son enquête.


Plus habituée aux polars ou aux enquêtes policières assez classiques de la part de Patterson, ici j’ai trouvé qu’il y avait un petit quelque chose en plus. Le style diffère légèrement de sa patte habituelle. En plus du suspense, je dirais qu’il y a comme une petite touche de psychologique dans sa manière de nous raconter l’histoire. En tous cas, l’auteur nous mène par le bout du nez jusqu’à la fin. On suppute, on croit savoir, on s’approche mais on ne soupçonne pas une seconde qu’elle se termine ainsi.  

L’intrigue est très bonne, le suspense est là tout au long du roman.
Bien que l’histoire s’étale sur plusieurs mois, les courts chapitres débutent tous par les 113 Minutes décomposées par la durée de l’action en cours.

113 Minutes que l’on ne voit pas passer…

113 Minutes” de James Patterson/Max DiLallo - The BookShot Ed. Le Livre de Poche - 2017

Voir la suite ≫